Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE REFUGE
Citations, photos, vidéos, animaux, famille, amitié..

#extraits de livres

L'ETOILE JAUNE... par Chantal

#EXTRAITS DE LIVRES
L'Etoile Jaune
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Chantal Guillot
 
Présentation
Adam et Arielle coulent des jours heureux entourés de leur quatre filles et de la gouvernante Ada.Toute la famille se prépare à la bat-mitzva d'Héléna, leur fille aînée...Quand la guerre éclate suivie de la débâcle générale.Des voisins jaloux et envieux, épient la vie de cette famille unie dont le destin bascule en peu de temps.Bientôt, ils sont séparés par la cruauté de la guerre, chacun dans sa souffrance garde en lui, l'espoir de retrouver la liberté qui le guidera vers la lumière.
Extrait du livre
" La nuit est calme, le silence presque pesant, quand tout à coup on entend devant la maison des portières claquer, des voix crier, des coups violents porter sur le portail devant la maison."Ouvrez, police!!"Arielle et Adam sont figés dans leur lit et n'osent plus bouger, ils ont bien entendu, mais cet instant de peur reste en suspens dans le temps... Au bout de quelques minutes, Adam se décide à descendre pour voir ce qui se passe.Il ouvre la porte, et est bien obligé de constater que tout ce vacarme s'adresse à eux.Il se dirige vers le portail qu'il ouvre.Un homme s'adresse à lui." Police, laissez-nous entrer!!".



Mon amie Chantal publie son troisième livre... je connaissais les deux précédents avant leur publication, je découvre complètement celui-ci ! alors je suis impatiente de le lire, j'espère que vous en ferez autant !!!

Bravo Chantal !!!

LE TAG DE MICHEPAP

#EXTRAITS DE LIVRES
Un petit clin d'oeil pour commencer à ma Michepap qui m'associe à une chaîne sympa à laquelle, même si ce n'est pas mon habitude, je vais répondre et tenter de faire passer le lien...

C'est bien parce que c'est Toi !!!

Evidemment que ton article porte sur un extrait de livre de Monsieur Pierre Perret (en passant : grâce à qui nous nous connaissons !!!) et si on te demande quel sera mon choix, je suis sûre que tu gagne et que tu trouve la réponse !!

Katherine Pancol, bien sûr... Ma grande dame préférée, celle dont la collection de livres a une petite case spéciale dans la bibliothèque de la chambre rose, celle qui répond toujours à mes mails et que j'admire beaucoup.

Et si je choisis un extrait de "vu de l'extérieur", ce n'est pas au hasard - j'en avais parlé déjà dans le blog et c'est le titre de mon deuxième blog aussi....

".....André rentrait le soir. Il disait :"Bonsoir, lapin, ça va ? J'ai eu une journée épuisante. Qu'est-ce qu'il y a à manger ?". Il embrassait les enfants, allumait la télé ou, quand il faisait beau, il partait dans le jardin.Je me retrouvais face à l'évier, le blanc de l'évier, et toute cette faïence me donnait le cafard. Ma vie était devenue comme l'évier : blanche et vide.
Heureusement que je ne voyais personne, parce que j'avais honte. Mais je n'avais plus la force de lutter. Lire, par exemple, me demandait trop d'efforts. Je préférais regarder le télé. J'avais placé le poste dans la cuisine pour le regarder pendant que j'épluchais les légumes. Il était devenu gras et gris. Je l'ouvrais et je n'étais plus seule. Au début, en tous les cas, parce que très vite, je n'entendais plus rien. J'étais seule à nouveau."


Il semble que le but de cette chaîne soit de donner envie à ceux qui liront l'article, de lire aussi le livre - et je vous le conseille..-, alors à vous de jouer maintenant :

- sauter sur votre livre de chevet (mieux encore, prenez donc votre livre préféré...

- ouvrir à la page 123 - c'est fait !!

- recopier la cinquième phrase... (on ne comptera pas.... choisissez !!!)

- tagger à votre tour 4 blogueurs.... (ha !!! pas si simple !!!)

Aller, vite à vos bouquins !! et merci de continuer la chaîne !!

http://born-to-be-elyse.over-blog.com/

http://gev21marie.over-blog.com/

http://atelierlilas.free.fr

http://francischoffat.over-blog.com

LES YEUX JAUNES DES CROCODILES

#EXTRAITS DE LIVRES
  J'aimerais mettre des extraits de ce livre extraordinaire dans mon blog... mais voilà, il y a tellement de choses, tellement de mots qui me plaisent, tellement de nos vies que je retrouve dans ces lignes... que je ne saurais choisir quel extrait....

Simplement, je peux écrire le plaisir immense que j'ai eu à lire ce livre, après avoir lu tout ce que Katherine a déjà publié...

Se plonger avec délice dans un gros livre comme celui-là... vivre avec Joséphine, son héroïne au quotidien, la voir se débattre dans sa vie difficile, la voir affronter les gens autour d'elle...

J'en oublie tout ce qui est autour....

Voilà, c'était l'an dernier, j'avais savouré, dévoré, aimé ce livre et j'avais écris à Katherine combien j'étais dans le vide lorsque j'avais fermé la dernière page....

Et puis.....












Un dimanche, sous les arcades de
Louhans, je passe devant la vitrine du libraire, et je découvre.....

LA SUITE !!!!

dès le lundi, je cours chercher ce deuxième roman et m'y plonge avec délice, et je retrouve les personnages... Joséphine, ses filles, sa soeur.... sa mère....

Et on passe dans une catégorie toute autre où le suspens est de mise, et où on est captivé jusqu'au bout....

Et moi qui lis à toute allure,
Je freine, je ralentis... j'ai peur de le terminer et d'être encore plus dans le vide....

Et bien sûr... j'y arrive....  je ferme le livre sur un extrait qui me touche au plus profond "Cette femme, sa mère, avait la toute-puissance de la tuer chaque fois. On ne guérit pas d'avoir une mère qui ne vous aime pas. ça creuse un grand trou dans le coeur et il en faut de l'amour et de l'amour pour le remplir ! On n'en a jamais assez, on doute toujours de soi, on se dit qu'on est pas aimable, qu'on ne vaut pas tripette."

Bien sûr que ce n'est pas l'extrait le plus significatif du livre, mais c'est sans doute ce qui m'a touché le plus.

Pour le reste, lisez le, prenez votre temps... passez l'été avec Joséphine et les autres!!

Quant à moi, juste pour l'auteur, cette femme délicieuse et proche qui prend le temps de répondre à ses fans et qui a un coeur immense, je voulais lui dire MERCI KATHERINE pour ces moments de plaisir !!! et à quand la suite....

http://www.katherine-pancol.com/
En lien, le site de Katherine...  

L'ELEGANCE DU HERISSON

#EXTRAITS DE LIVRES

l-elegance-du-herisson.jpg

Un très beau livre qui se lit doucement, pour savourer la beauté des mots.. A déconseiller à ceux qui aiment les livres d'action, mais à offrir aux gens qui aiment les belles phrases, les réflexions, les analyses, les grands sentiments.. à ceux qui comprennent la solitude, la détresse parfois, l'amitié sincère !!
J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre, mais on peut dire ensuite que je l'ai "dégusté"...
Merci.....

ETERNITE extrait de l'Elégance du Hérisson

#EXTRAITS DE LIVRES

Extrait de L'élégance du Hérisson de Muriel Barbery, mon actuel livre de chevet, le compagnon de mes insomnies, un livre à lire tranquillement, doucement, pour savourer les mots et les mi-mots.

 

Elle s'appelle Paloma, elle a douze ans,,, elle explique qu'elle regarde un film d'Ozu, « Les Soeurs Munakata »,,,

 

ETERNITE

 

« J'enclenche la cassette, je sirote du thé au jasmin. De temps en temps, je reviens en arrière, grâce à ce rosaire laïc qu'on appelle télécommande.

Et voici une scène extraordinaire.

Le père, joué par Chishu Ryu, acteur fétiche d'Ozu, fil d'Ariane de son oeuvre, homme merveilleux, rayonnant de chaleur et d'humilité, le père, donc, qui va bientôt mourir, devise avec sa fille Setsuko de la promenade qu'ils viennent de faire dans Kyoto. Ils boivent du saké.

 

Le père :

Et ce temple de la mousse ! La lumière rehaussait encore la mousse.

 

Setsuko :

Et aussi ce camélia posé dessus.

 

Le père :

Oh, tu l'avais remarqué ? Que c'était beau (pause). Dans l'ancien Japon, il y a de belles choses (pause). Cette façon de décréter tout cela mauvais me semble outrancière.

 

Puis le film avance et, tout à la fin, il y a cette dernière scène, dans un parc, lorsque Setsuko, l'aînée, converse avec Mariko, sa fantasque cadette.

 

Setsuko, le visage radieux,

Dis-moi, Mariko, pourquoi les monts de Kyoto sont-ils violets ?

 

Mariko, espiègle.

C'est vrai, on dirait du flan d'azuki.

 

Setsuko, souriante.

C'est une bien jolie couleur.

 

Dans le film, il est question d'amour déçu, de mariages arrangés, de filiation, de fratri, de la mort du père, de l'ancien et du nouveau Japon et aussi de l'alcool et de la violence des hommes.

Mais il est surtout question de quelque chose qui nous échappe, à nous autres Occidentaux, et que seule la culture japonaire éclaire. Pourquoi ces deux scènes brèves et sans explication, que rien dans l'intrigue ne motive, suscitent-elles une si puissante émotion et tiennent-elles tout le film dans leurs parenthèses ineffables ?

Et voilà la clé du film.

 

Setsuko.

La vraie nouveauté, c'est ce qui ne vieillit pas, malgré le temps.

 

Le camélia sur la mousse du temple, le violet des monts de Kyoto, une tasse de porcelaine bleue, cette éclosion de la beauté pure au coeur des passions éphémères, n'est-ce pas ce à quoi nous aspirons tous ? Et ce que nous autres, Civilisations de l'Ouest, ne savons pas atteindre ?

La contemplation de l'éternité dans le mouvement même de la vie.

 

LE PETIT PRINCE

ST EXUPERY #EXTRAITS DE LIVRES

C'est alors qu'apparut le renard :

- bonjour, dit le Renard;

- Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.

- Je suis là, dit la voix, sous le pommier...

- Qui es-tu ? dit le petit Prince, tu es bien joli..

- Je suis un renard, dit le renard.

(mais le renard ne peut jouer avec le petit Prince car il n'est pas apprivoisé).

.......

- S'il te plaît... apprivoise-moi, dit-il !

- Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n'ai pas beaucoup de temps. J'ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.

- On ne connaît que les choses que l'on apprivoise, dit le renard. Les Hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

- Que faut-il faire ? dit le petit Prince.

- Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près...

Le lendemain revint le petit prince.

- Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l'après-midi, dès trois heures je commencerai d'être heureux. Plus l'heure avancera, plus je me sentirai heureux. A quatre heures, déjà, je m'agiterai et m'inquiéterai ; je découvrirai le prix du bonheur ! Mais si tu viens n'importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m'habiller le coeur.. il faut des rites.

......

Le petit prince s'en fut revoir les roses :

- Vous n'êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n'êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n'avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n'était qu'un renard semblable à cent mille autres. Mais j'en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.

.....

- Adieu, dit il...

- Adieu, dit le renard. Voici mon secret : Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

Les hommes ont oublié cette vérité, mais tu ne dois pas l'oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé !!!!

KATHERINE PANCOL

chaleane #EXTRAITS DE LIVRES

Avec Katherine Pancol, tout a commencé pour moi avec ce livre que j'ai lu pour la première fois en juillet 1996 ! Je l'ai relu deux fois depuis, ce qui est rare pour moi !

Ensuite j'ai plongé dans "Scarlett si possible", "Les hommes cruels ne courent pas les rues" "Une si belle image - un livre sur la vie de Jackie Kennedy"... etc... et surtout "Moi d'abord"... et cet été "Les crocodiles ont les yeux jaunes" !

le résumé de "Vu de l'Extérieur" ..."Le dimanche, Doudou retourne à Verny. Elle se cache derrière la grille de la maison et elle les regarde. Elle regarde ses enfants. Pourquoi ne vit-elle plus avec eux ? Pourquoi est-elle partie un soir en les abandonnant ? A cause de Christian ? De Guillaume ? Ou de la vie avec André, leur père ? Un jour, ils sauront. Ce sera peut-être tard, très tard, dans longtemps. Ils seront assez grands pour comprendre comment elle les aimait terriblement, comme elle a aimé Christian pour toujours, Guillaume, juste en passant, André de moins en moins souvent. Ils mesureront le mal, tout le mal qu'elle avait pour s'y retrouver. Chaque fois, tout arrivait trop tôt, trop vite, ou trop fort. Christian, Guillaume, André, d'autres, tous la racontent à leur façon. Ce n'est jamais la même histoire, la même version, jamais la même Doudou. Mais c'est toujours elle, pour elle et à cause d'elle".

C'est une histoire difficile et forte, une vie de femme d'aujourd'hui.. et vu de l'extérieur, on ne peut pas comprendre ce qu'elle a fait.. et pourtant...

 

L'INSOMNIE

Isabelle Desesquelle #EXTRAITS DE LIVRES

L'insomnie a envahi ma vie. Avec une constance remarquable, elle s'est imposée. J'ai beau ruser, tenter de l'amadouer, elle se présente d'autorité. J'ai appris à vivre avec les muscles des cervicales endoloris, à reconnaître dans leurs noeuds l'heure dans la nuit, à retarder le moment où ma main se tend vers le réveil pour en distinguer les heures blanches à venir.

Parfois, au bout d'un long tunnel, alors que mes yeux se strient de rouge, une nuit réparatrice vient en effacer les stigmates.

Là encore, avant d'ouvrir les yeux, j'en savoure les bienfaits. La rémission est courte, l'insomnie veille. Bien souvent, il suffit juste d'y penser, de se réjouir de dormir enfin et la voilà de retour. La première lutte passée, on pactise avec l'ennemi, on en découvre les avantages. Que de lectures, de méditations, je dois à l'insomnie. Les pensées nocturnes sont un terreau propre à donner des racines à nos actions.

extrait de "je me souviens de tout" de Isabelle Desesquelles.

autre extrait du même auteur et même livre :

La patience dispense une douceur, pour soi-même et tout naturellement pour autrui. Qu'est-ce qu'une femme douce si ce n'est une femme patiente ?

Tu vois la lumière sur la mer ? A la fin du jour, l'une et l'autre aurant composé plus de tableaux que n'en contiennet tous les musées du monde. On ne se jette pas dans la mer. Surtout ne te précipite pas. Laisse la mer s'insinuer, trouver sa place au creux de toi, tu vas la sentir jusque dans tes fesses, profite de la moindre de ses caresses. Les yeux écartés, tu apprendras à te fondre en elle...

J'ai aimé séduire à travers les mots, ils étaient mon lasso...

Le malheur crée le désenchantement mais les âmes de caractère s'en trouvent fortifiées...

Il sombrait dans les ténèbres et au moment où il le sut, il cessa de le savoir.

... l'insomnie est revenue, me donnant l'impression cruelle de vivre doublement....

Afficher plus d'articles

1 2 > >>
RSS Contact